Journée de Jérusalem : La police réfléchit à une annulation


09 mai 2021

Après le week-end de tension qui a agité la capitale israélienne, les forces de l’ordre envisagent d’annuler les célébrations de la journée de Jérusalem. Les festivités qui célèbrent la conquête de la ville sainte par Israël doivent, en théorie, débuter ce 9 mai à la tombée de la nuit.

Cette nuit, Jérusalem a été une nouvelle fois été le théâtre d’affrontement entre la police Israélienne et des manifestants Palestinien. Selon le croissant rouge, 90 manifestants ont été blessés au cours de la manifestation de ce 8 mai. Un chiffre qui s’ajoute aux 200 palestinien et 17 policier Israéliens blessés, eux aussi, depuis le début des émeutes. 

À la veille de la journée de Jérusalem, les tensions font craindre aux autorités Israéliennes que les célébrations ne mènent à une escalade de la violence. Ce 8 mai une réunion se tenait entre les différents responsables chargés de la sécurité en Israël. À la fin de la rencontre, l’armée a fait savoir qu’elle allait renforcer le nombre de soldats dans le secteur. Dans le même temps, le ministre de la défense, Benny Gantz, a déclaré : « Israël continuera à faire en sorte de préserver la liberté de culte sur le mont du Temple. En même temps, le pays ne permettra pas au terrorismes de relever la tête et de nuire à l’ordre public. »

Si une annulation des commémorations de l’unification de la ville sainte n’est pour l’instant pas privilégiée, aucune piste n’est écartée. Selon Channel 12, la police effectue une évaluation heure par heure de la situation et garde toutes les options sur la table.

De son côté, l’exécutif tante aussi de calmer les choses. Benny Gantz, qui est aussi ministre de la justice, et le premier ministre Benjamin Netanyahou souhaitent repousser la décision de la Cour suprême qui doit statuer sur l’expulsion de soixante-dix familles palaisiennes du quartier Sheik Jarrah. Une audiance qui doit avoir lieu demain. C’est ce litige qui est la cause de la flambée de violence à Jérusalem. En conséquence, le journal Kan rapporte, que les deux ministres ont décidé de saisir le procureur général pour savoir si un report du jugement est juridiquement possible.

Par Jérémy Chicheportiche 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article