#Westandwithisrael : Le peuple iranien soutient Israël

13 juin 2018

Une campagne twitter a été menée sous le hashtag #WeStandWithIsrael. Des Iraniens ont utilisé cette plate-forme internet pour protester contre les mollahs qui ont organisé un cortège demandant la destruction d’Israël.

 

Le peuple iranien a exprimé son soutient et sa volonté d’un retour à la paix avec l’état hébreu via une photo mettant en scène deux mains qui forment un cœur. La main de gauche est peinte aux couleurs du drapeau iranien et la main droite aux couleurs du drapeau israélien.

Une photo qui a été reprise et partagée dans des dizaines de milliers de tweet grâce à l’initiative d’une page twitter « Israël en persan » destinée au peuple iranien.

« Nous avons environs 60 000 abonnés et nos messages touchent plus de 1.5 millions de personnes rien qu’avec ce pseudo » déclare Sharona Avginsaz responsable des médias numérique en persan. Elle poursuit en expliquant que Twitter est interdit en Iran mais que de nombreux Iraniens ont trouvé des moyens pour contourner cette interdiction.

Un danger prit par les Iraniens qui se souviennent des bonnes relations entre les deux pays avant la révolution de 1979. « la plupart des Iraniens s’opposent au régime et à sa politique envers Israël, et les Iraniens nous écrivent toujours qu’ils aiment Israël, qu’ils ne veulent pas que leur régime utilise leur argent pour soutenir le Hamas et le Hezbollah » souligne Sharona Avginsaz.

Cette campagne twitter n’a pas été le seul rapprochement amical entre les deux peuples cette semaine. L’Iran est touchée par une forte sécheresse, tout comme Israël depuis bientôt 5 ans. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu n’a pas hésité a partagé la connaissance d’Israël dans le domaine de l’eau a un Iranien qui allait perdre ses récoltes.

Le Premier ministre a souligné la différence entre la mentalité du gouvernement Israélien et Iranien. « Le régime iranien crie : ‘Mort à Israël. En réponse, Israël crie : ‘Vie au peuple iranien !' ».


Chloé Mercier

 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article