Trappes - Possible revendication "opportuniste" de Daesh pour l'attaque au couteau de ce matin

23 août 2018

Un homme a tué au couteau deux membres de sa familles, et blessé une troisième personne ce matin à Trappes, avant d'être abattu. L'attaque a été revendiquée par le groupe Etat Islamique. Seulement les autorités n'ont pas encore reconnu la nature terroriste de l'attaque. Ses amis, ne le présentent pas comme un individu radicalisé, malgré qu'il ait été fiché S et référencé au FSPRT. Le ministre de l'intérieur explique que l'individu souffrait apparemment de « problème psychiatriques importants ».

Vers 9h30, Kamel Salhi, âgé de 36 ans, a tué deux membres de sa famille, sa mère et sa sœur. Il a également grièvement blessée une passante, avant de se retrancher au domicile de sa mère.

L'assaillant a ensuite été abattu par la police.

L'individu était fiché S, et référencé au FSPRT. Il avait également été condamné en 2016 pour apologie du terrorisme.

Bien que l'attaque ait été revendiquée par Daesh, via son agence de propagande. La renvendication pourrait être « opportuniste », comme après la tuerie de Las Vegas en octobre dernier.

Ses amis qui le connaissaient depuis le collège, assurent qu'il était loin d'être un terroriste. « C'est une personne qui a pété les plombs, ça peut arriver. Ce qui est désolant c'est qu'il y a deux personnes qui ont perdu la vie » ; « Il a crié ''Allah Akbar'', je ne sais pas quel plomb il a pété » ; « Son geste était imprévisible », explique l'un d'eux.

« Chaque être humain a son niveau de saturation » ; « Pour moi c'est juste un acte isolé », affirme un autre de ses amis.

Le ministre de l'intérieur, Gérard Collomb, a annoncé que la qualification terroriste n'avait pas été retenue pour le moment.

Le ministre présente le tueur comme un « déséquilibré », et non comme « quelqu'un d'engagé », qui répondrait aux ordres de l'etat islamique. « Il était connu des services de police pour être fragile psychologiquement et avoir déjà eu des problèmes de couple » ;« Le criminel avait des problèmes psychiatriques importants », a expliqué le ministre.

Daniel Jacomella

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article