Réactions internationales suite à l'adoption de la loi "Etat Nation du peuple juif"

20 juillet 2018

La loi Etat Nation du peuple juif a été adoptée hier matin. Elle faisait déjà beaucoup de bruit avant son vote. Aujourd’hui, Mahmoud Abbas, président de l’administration palestinienne a lancé un appel à la communauté international pour condamner ce texte qu’il qualifie de raciste.

 

La loi voté hier désigne « l’Etat d’Israël comme l’Etat national du peuple juif où celui-ci applique son droit naturel, culturel, religieux, historique » précisant que « le droit d’exercer l’autodétermination au sein de l’Etat d’Israël est réservé uniquement au peuple juif »

La loi fait également de l’hébreu la seule langue officielle d’Israël, alors que l’arabe avait auparavant un statut identique.

Mahmoud Abbas, président de l’administration palestinienne a fermement condamné la loi.

Celle-ci « Révèle le visage raciste de l’occupation israélienne » déclare l’administration palestinienne dans un communiqué.

La communauté internationale est appelée « à intervenir et à prendre ses responsabilités pour mettre un terme à ces lois racistes ».

« C’est une loi raciste et dangereuse par excellence. Elle nie aux citoyens arabes leur droit à l’auto-détermination qui ne sera déterminé que par la population juive » écrit le haut conseiller de Mahmoud Abbas sur twitter.

 

 

Même son de cloche du côté de la Turquie. « Nous condamnons dans les termes les plus forts la loi sur l’Etat-nation juif votée par le Parlement israélien et ne saurions accepter en aucun cas cette mesure raciste qui vise à éradiquer le peuple palestinien de sa patrie », a déclaré le porte-parole du président Turque.

Le ministère turc des Affaires étrangère ajoute : « Cette loi piétine les principes du droit universel et bafoue le droit des citoyens palestiniens d’Israël. »

Par ailleurs, Ankara juge « nulle et non avenue aux yeux de la communauté internationale » la proclamation de Jérusalem comme la capitale d’Israël.

 

L’Union Européenne aussi a réagi et se dit « préoccupée ». « Nous respectons la souveraineté d’Israël, mais les principes de base, y compris le droit des minorités, doivent être respectés » ; « La solution à deux Etats est la solution défendue par l’UE et tout doit être fait pour éviter de mettre des obstacles et empêcher cette solution de devenir réalité » déclare la porte-parole européenne.

 

Et enfin aux Etats-Unis, des groupes juifs américains ont aussi critiqué l’adoption de la loi. L’American Jewish Committee s’est dit profondément déçu. Le Rabbin Rick Jabocs déclare que c’est « un jour triste et inutile pour la démocratie israélienne ».

Ils fustigent globalement une façon de légaliser un système discriminatoire contre les arabes et les autres minorités.

« Cette loi sur l’État-nation va porter gravement atteinte à la légitimité de la vision sioniste et aux valeurs de l’Etat d’Israël comme une nation démocratie, et juive »

Daniel Jacomella

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article