Marine Le Pen renvoyée en correctionnelle

12 juin 2019

Un juge d’instruction a ordonné le renvoi de Marine Le Pen en justice pour avoir publié, en 2015 sur son compte Twitter, des photos d’exactions commises par Daesh. 

Le 16 décembre 2015, la présidente du Rassemblement national a tweeté trois photos mettant en scène les horreurs de Daesh. 

Les images montraient un soldat syrien écrasé vivant sous le poids d’un char, un pilote jordanien brûlé vif dans une cage et une photo du journaliste américain James Foley, le corps décapité et sa tête posée sur le dos. Depuis toutes les photos ont été retirées. 

Marine Le Pen répondait aux accusations de Jean-Jacques Bourdin qui avait comparé le Rassemblement national à Daesh. Elle avait alors commenté les photos par l’inscription suivante : « Daesh c’est ça ! ». Une façon choc de défendre le Rassemblement national, bien connu du clan Le Pen. 

La présidente du Rassemblement national a été convoquée en septembre à une expertise psychiatrique demandée dans le cadre de l’instruction. 

Pour Marine Le Pen, il en est hors de question. 

Elle a ensuite accusé les magistrats de la contraindre à « des méthodes utilisées dans les régimes totalitaires ». Pourtant, il s’agit d’un examen prévu par la procédure pénale dans ce type d’enquêtes. En cas de condamnation pour diffusion d’images violentes, elle risque jusqu’à 3 ans de prison et 75 000 euros d’amende. 

Chloé Mercier

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article