Les plus grands auteurs israéliens signent une lettre ouverte directement adressée à Benjamin Netanyahu, pour demander l'abolition de la loi "Etat-Nation"

30 juillet 2018

La loi dite « Israël Etat nation du peule juif » voté le 19 juillet dernier ne cesse de faire réagir à l’international. Mais en Israël également. Samedi c’était le député arabe israélien Zouheir Bahloul qui démissionnait, et le même jour, une lettre ouverte signée par les plus grands auteurs israéliens a été adressée à Benjamin Netanyahu, qui refuse de faire machine arrière.

Ce sont plus de 180 artistes qui ont signé une lettre publiée samedi, et directement adressée au premier ministre pour demander l’annulation de la loi Etat Nation.

« Nous – écrivains, scénaristes, dramaturges, universitaires et membres de la communauté des arts et des lettres d’Israël – voudrions vous exprimer nos plus vives inquiétudes et notre consternation, à la lumière des récentes lois adoptées par la Knesset sous votre direction », affirment les signataires.

Dans la lettre écrite en hébreu, et traduite en anglais ainsi qu’en arabe, ils exigent :

« L’abolition immédiate de la loi de l’État-nation, qui crée un fossé entre la société israélienne et le judaïsme américain, discrimine les Arabes, les Druzes et les Bédouins, et sape la coexistence de la majorité juive en Israël avec ses minorités »

Ils déclarent également : « Vous avez porté un dur coup à la société israélienne, mais le coup le plus grave est porté aux valeurs d’égalité et de responsabilité mutuelle sur lesquelles la société israélienne est basée et d’où elle tire sa force ».

Mais le premier ministre israélien a rejeté l’appel visant à annuler la loi.

Benjamin Netanyahu s’est entretenu hier avec des chefs druzes de conseils régionaux pour discuter de la loi. Il assure qu’elle « ne diminue les droits individuels de personne ».

« Il y a des tentatives incessantes de défaire la définition de l’Etat d’Israël en tant qu’Etat-nation du peuple juif. Nous avons adopté la loi sur l’Etat-nation afin de garantir qu’Israël restera l’Etat-nation de notre peuple – c’est l’objectif même de l’existence de l’Etat », a-t-il rappelé dans un communiqué.

 

Samedi, le député arabe israélien Zouheir Bahloul avait démissionné de ses fonctions pour protester contre l’adoption de la loi état nation, qui selon lui"retire officiellement, constitutionnellement la population arabe du chemin d'égalité en Israël" ; "Devrais-je légitimer ce Parlement raciste, extrémiste et destructeur ? » a-t-il interrogé, avant d’ajouter « La loi m'opprime et opprime la population qui m'a envoyé à la Knesset ».

Daniel Jacomella

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article