Les "anti-masques" de plus en plus nombreux en France notamment sur les réseaux sociaux


06 août 2020

Le port du masque obligatoire dans les lieux publics clos, en France, fait couler beaucoup d’encre. Quelques irréductibles gaulois appellent au boycott de cette mesure, mise en place pour lutter contre la propagation du Covid-19. C’est sur les réseaux sociaux que les « anti-masques » se mobilisent par milliers. Ils appellent au rassemblement et à la désobéissance. D’autres pays européens observent également ce type de comportement. Un prétexte pour les experts qui estiment que les conspirationnistes ne cherchent qu’à affaiblir le pouvoir en place. 

 

 

Leurs commentaires se multiplient sur les réseaux sociaux dénonçant une mascarade. Photos, pétitions et vidéos partagés par quelques milliers d’ « anti-masques » alimentent également Facebook et Twitter. "Croire qu'un masque en papier ou en un tissu peut nous prémunir du virus est tout aussi sensé que de penser qu'un maillot de bain va nous garder au sec lorsque nous sautons à l'eau", dit l'un d'eux dans une vidéo. Alors, pour faire entendre leurs voix ces rebelles appellent à la désobéissance et bravent l’interdit en posant sans masque dans des supermarchés. Le groupe Facebook « anti-masques obligatoires » rassemble déjà près de 4 mille personnes. Le boycott de magasin est également une des méthodes employées par ces groupes d’individus. « Il y a beaucoup de gens qui disent qu'ils ne vont plus dans certains magasinsexplique Salomé, la créatrice du groupe social, ou alors tentent d'y aller et on leur dit 'portez un masque', alors ils ne rentrent pas."

Le lobbying est également employé auprès des élus. "Faire pression sur eux que ce soit par courrier, par lettre ou même par des rendez-vous", est une des missions de ce comité. Pour Salomé, l'objectif "est d'attaquer au niveau local pour essayer de faire changer au niveau national." 

Ajoutons que certains récalcitrants pensent même que le masque peut être dangereux pour leur santé. "Dire que la loi est source de droit et que nous devons la respecter aveuglément, c'est une connerie monumentale", estime maître Carlos Alberto Brusa, un avocat opposé au port du masque. "Les mêmes gens qui aujourd'hui nous imposent le masque jadis, disaient hier que le masque était inutile." explique l’avocat.

 

Une situation, semblable à celle de l’Angleterre et de l’Allemagne, où les anti-masques ont manifesté dans les rues.  Pour les experts une telle attitude est motivée par le désir d’affaiblir le pouvoir. "Finalement, la question du port du masque est presque secondaire, explique-t-il. Si le gouvernement ne nous incitait pas à le porter, peut-être qu'on aurait des mouvements complotistes qui nous diraient 'mais regardez, ils veulent nous tuer, ils veulent qu'on ait le virus puisqu'ils nous interdisent de porter un masque, on n'en trouve pas, etc.'" 

Héloïse Versmessen

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article