Lancement de la nouvelle application de traçage du coronavirus en Israël


28 juillet 2020

Le Ministère de la Santé a annoncé hier qu’une nouvelle version de l’application « HaMagen » était désormais disponible. Elle permet le traçage des malades touchés par le nouveau coronavirus et est désormais disponible en Israël. Les israéliens sont invités à la télécharger puisqu’elle s’inscrit dans le cadre de la lutte contre la pandémie de coronavirus.

 

« HaMagen 2.0 est un petit pas pour le citoyen, un pas de géant pour l’État » a déclaré Yuli Edelstein, le ministre israélien de la santé, adaptant la célèbre phrase de l’astronaute Armstrong. Il a également expliqué que leurs usagers « protègent leur santé, celles de leurs proches et de tous les citoyens israéliens »

 

Dans cette version revue et corrigée, de nouvelles fonctionnalités ont été mises au point pour augmenter sa précision. Les utilisateurs testés positifs au Covid-19 peuvent désormais partager volontairement leurs données de localisation. Une façon de faciliter les enquêtes épidémiologiques menées par les autorités et de mieux repérer les cas contacts. L’utilisation du Bluetooth contribue également à cette amélioration. Elle permet de connecter entre eux les téléphones sur lesquels l’application est installée. Toutes ses innovations ont pour but de limiter les erreurs.

En effet, la toute première version de « HaMagen », le bouclier en français, lancée en mars, présentait quelques dysfonctionnements. Certains utilisateurs avaient reçu de fausses alertes, les laissant sceptiques quant à l’efficacité réelle du système. Le programme ne reposait alors que sur les données GPS du téléphone des usagers et manquait de précision. 

Les autorités, conscientes des failles de l’outil numérique ont donc décidé d’y remédier en mettant au point cette nouvelle version. Rappelons que le traçage épidémiologique reste une des méthodes les plus efficaces pour briser les chaînes de contamination. Elle permet de repérer et isoler les malades ainsi que tous ceux qui ont été en contact avec eux.

 

Héloïse Versmessen

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article