Interview du 14 juillet : Que faut-il retenir des annonces d'Emmanuel Macron ?


14 juillet 2020

Les célébrations du 14 juillet se sont déroulées cette année dans un contexte particulier en raison de la pandémie de Covid-19. Pour la première fois depuis 1945, le traditionnel défilé sur les Champs-Elysées a cédé la place à une cérémonie, en comité restreint, place de la Concorde. Autre nouveauté cette année le Président a renoué avec l’habituelle interview du 14 juillet. Emmenée par Léa Salamé et Gilles Bouleau, elle a permis à Emmanuel Macron de remercier le personnel mobilisé pendant la crise et d’évoquer le plan de route des 600 derniers jours de son quinquennat.

 

Défendant les mesures et réformes lancées ces trois dernières années, Emmanuel Macron a indiqué que "le projet n'est pas de changer de cap, ou de destination finale" mais de "changer de chemin pour y arriver". Les 600 derniers jours de son mandat ne seront donc probablement pas très différents du reste du quinquennat.

Concernant la crise du coronavirus, le chef de l’Etat a exprimé son souhait de rendre le masque obligatoire dans tous les lieux publics clos à compter du 1er août. Il a reconnu l’existence de signes qui montre une résurgence de l’épidémie et a mis en garde les français contre un relâchement à l’égard des mesures barrières. Un éventuel reconfinement général n’est pas envisagé en cas de seconde vague mais des confinements locaux pourraient avoir lieu. "Nous avons à la fois les stocks et les approvisionnements qui sont sécurisés et nous avons l'organisation au plus près du terrain, qui permettrait de faire face à une recrudescence, si elle était là", assure le Président. La rentrée sera "la plus normale possible", a t-il insisté mais "évidemment", « s'il y avait une accélération (du virus) pendant le mois d'août, on sera amené à revoir cette rentrée ».

Une autre actualité s’est invitée durant l’interview : la réforme des retraites. Suspendue depuis mars, Emmanuel Macron a rappelé qu’elle « est juste car elle est faite pour celles et ceux qu'on a appelés les 'premiers de corvée’ » mais qu’elle devra être revue. "Le Premier ministre Jean Castex va réunir en fin de semaine, vendredi, l'ensemble des partenaires sociaux pour tout mettre sur la table", a-t-il précisé. Une confirmation sur le plan économique : le chef de l’Etat à réaffirmer qu’il n’y aura pas d’augmentation d’impôts.

Les autres priorités du Président ? L’emploi, l’écologie et la lutte contre les discriminations qui seront au cœur des débats à venir.

Héloïse Versmessen

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article