France : Des juifs portent plainte contre un imam qui appelait à la mort aux Juifs

28 juin 2018

La branche française du groupe B’nai B’rith a demandé une action en justice contre un imam de Toulouse. Dans un sermon, le religieux a appelé à la mort aux Juifs en se basant sur des sourates du Coran. Il a également prédit la destruction d’Israël.

Hier, la plus vieille organisation juive du monde a condamné sur Twitter les déclarations antisémites de Mohamed Tatai, l’imam de la Grande Mosquée de Toulouse.

Les faits remontent au 15 décembre dernier mais on ne les a découverts que cette semaine par le biais d’une vidéo.

Tatai récitait un texte musulman déclarant qu’à la fin des temps, les musulmans tueront tous les Juifs. Il a également prédit la destruction d’Israël. Mohamed Tatai n’en n'est pas à son coup d’essai. En 2011, il déclarait explicitement attendre le retour du califat.


Aujourd’hui, des Juifs français ont porté plainte contre l’imam.


En décembre dernier, la vidéo du discours de Mohamed Tatai a été diffusée sur YouTube.
À l’époque des faits, l’Institut de recherche sur les médias du Moyen-Orient avait traduit la vidéo. « Le Jour du Jugement ne viendra pas tant que les musulmans n’auront pas combattu les Juifs, » expliquait l’imam.


« Une telle rhétorique ne peut pas servir de base pour construire l’islam en France, qui est un grand débat en France. Une telle incitation à la haine doit être punie. » selon Philippe Meyer, le président du B’nai B’rith France.


Samedi dernier, Tatai était au premier rang de la cérémonie d’inauguration de la nouvelle et plus grande mosquée de Toulouse. Lors de son discours, il a expliqué que la mosquée « inculquerait les valeurs de paix » et servirait de « rempart contre l’extrémisme ».

Deux discours totalement contradictoires et préoccupants.


En effet, Phamed Tatai sera un des principaux imams de la mosquée. Il faut ajouter qu’il est également le président du Cercle pour le dialogue civil.


C’est une association dont la mission est de « faciliter le dialogue entre les citoyens sur le plan socioculturel, éducatif et sportif ».

Caroline Bardot

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article