Des centaines d'Israéliens assistent aux funérailles d'un jeune Ethiopien tué par la police


02 juillet 2019

Les manifestations se multiplient suite à la mort de Solomon Tekah

La police avertit qu'elle réagira avec fermeté ; une enquête est toujours en cours pour déterminer s'il s'agit d'un acte de légitime défense.

Les manifestations se sont intensifiées aujourd’hui dans une ambiance de colère, après la mort d’un jeune Israélien issu de la communauté éthiopienne.

Les forces de l’ordre ont averti qu’elles réagiraient « fermement » à toute reprise de violence.

 

Des centaines de manifestants ont brûlé des pneus et bloqué des rues principales de la région de Haïfa dans la journée et la soirée d’hier, alors que des manifestations ont été organisées, pour protester contre la mort de Solomon Tekah, 19 ans, dont l’enterrement était prévu aujourd’hui à midi, au cimetière Tel Regev de Haïfa.

 

Les membres de la communauté israélo-éthiopienne ont indiqué qu’ils préparaient d’autres manifestations de grande ampleur dans l’ensemble du pays, et ont promis de reproduire une campagne de 2015, qui a donné lieu à de violents affrontements entre la police et les manifestants sur la place Rabin, à Tel Aviv.

 

La mort du garçon a immédiatement relancé les accusations de violence policière et de racisme à l’encontre de la communauté éthiopienne.                                                                                 Le policier a affirmé qu’il tentait de disperser une bagarre de rue, mais que trois jeunes lui ont lancé des pierres, le mettant en danger.

 

Pour rappel, le jeune Israélien âgé de 19 ans d'origine éthiopienne à été abattu dimanche par un policier à Kiryat Haim, près de Haïfa

Sasha Placek

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article