Covid-19 : Un homme agressé dans une laverie pour avoir demandé à un autre client de mettre un masque


04 août 2020

Une nouvelle agression sur fond de port du masque en France. Dans une laverie du Val d’Oise, un homme a été passé à tabac par plusieurs individus. Le motif de cette rixe ? La victime avait demandé à l’un des agresseurs de mettre un masque, désormais obligatoire dans les lieux publics clos comme celui-ci. 

 

 

La victime, un homme de 44 ans, a déposé plainte hier. L’agression s’est déroulée dimanche après-midi dans une laverie d’un quartier populaire de Soisy-sous-Montmorency, dans le Val d’Oise en présence des jeunes enfants de la victime.

 « J'étais en train de plier mes vêtements pour les mettre dans un sac. J'ai demandé au monsieur de porter le masque. C'est écrit que c'est obligatoire et c'est la loi » a rapporté le quadragénaire. La réponse de l’un des agresseurs est ferme : « Je fais ce que je veux ». Des propos qui poussent la victime à réitérer sa demande. L’obligation du port du masque étant établie depuis plusieurs semaines dans tous types de lieux publics clos. Elle était également affichée dans le local.                                                                                                               

Malgré tout, le ton monte et le jeune homme non masqué quitte la laverie avant d’y retourner, accompagné de 3 autres personnes. Deux des quatre individus frappent la victime avec une batte de baseball, les 2 autres l’attaquent à mains nues.

Transporté à l’hôpital il souffre d’un traumatisme crânien avec plaie et de contusions : "J'ai eu six points de suture derrière le crâne, juste au dessus de ma nuque. S'ils touchaient ma nuque c'était fini, à deux centimètres près c'était la morgue. Mais attendez...pour un masque ? ", témoigne ce père de famille dont les enfants sont choqués. L’homme, qui vit dans le quartier depuis plus de 30 ans, assure ne pas connaître ses agresseurs. La vidéo surveillance, qui a filmé l’intégralité de la scène, devrait permettre d’identifier les suspects.

Héloïse Versmessen

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article