Benjamin Netanyahu doit rencontrer Vladimir Poutine mercredi

08 juillet 2018

Jeudi dernier, les forces pro régime ont encore ciblé la zone sud syrienne avec des missiles et des barils explosif suite à l’echec des négociations avec les rebelles qui occupent le terrain. Les États-Unis, la Russie, la Jordanie et Israël tentent de se mettre d’accord sur l’avenir de la région de Deraa. L’état hébreu a reconnu avoir eu recours à des frappes sur le sol syrien, et ne saurait tolérer aucune présence iranienne en Syrie, et encore moins à sa frontière. 

 

Le premier ministre israélien doit rencontrer mercredi le président russe Vladimir Poutine à Moscou. C’est leur troisième rencontre cette année.

Bien que le bureau de Benjamin Netanyahu n’ait pas donné plus de détails sur la rencontre, ils devraient parler du retrait des forces iraniennes de Syrie.

Sergueï Lavrov, ministre russe des affaires étrangères, a déclaré qu’un projet d’accord de cessez-le-feu dans la région sud, négocié par la Russie, la Jordanie et les Etats-Unis, envisageait le retrait des forces non syriennes et le déploiement de troupes syriennes le long de la frontière avec Israël

 

Retrait exigé par Benjamin Netanyahu qui ne saurait tolérer la présence de l’armée Iranienne en Syrie. Israël a reconnu récemment avoir mené des frappes sur le sol Syrien contre des convois d’armes supposées destinées au Hezbollah, alliés de l’Iran et ennemis de l’état Hébreu. Mais également avoir détruits des batteries anti aériennes qui ciblaient les avions israéliens lors de ces raids.

Mais Sergueï Lavrov tempère les attentes israéliennes en déclarant que l’Iran est l’une des principales puissances de la région et qu’on ne pouvait pas s’attendre à ce qu’elle abandonne ses intérêts en Syrie.

Cette rencontre entre le premier ministre Israélien et Vladimir Poutine fait donc office de prélude à celle du 16 juillet. Qui réunira Donald Trump et Vladimir Poutine. Le président américain a d’ailleurs promis qu’il fera du retrait des troupes Iraniennes du sol Syrien "une priorité".

Daniel Jacomella

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article