Affaire Mireille Knol : Les juges ordonnent un procès pour meurtre à caractère antisémite contre deux suspects


13 juillet 2020

Les deux suspects du meurtre de Mireille Knoll, la femme juive de 85 ans tuée à Paris, sont renvoyés aux assises pour crime à caractère antisémite. Une nouvelle qui réjouit l’avocat de la famille de la victime mais pas la défense.

L’enquête sur le meurtre de Mireille Knol, l’octogénaire juive tuée à Paris en mars 2018 connaît un nouveau rebondissement. Le parquet réclame un procès aux assises pour deux des trois personnes mises en examen pour « homicide volontaire ».

Le caractère antisémite du meurtre est également retenu. Les suspects principaux sont Yacine Mihoub, le fils d'une voisine, âgé de 30 ans, et qui connaissait Mireille Knol depuis l'enfance, et Alex Carrimbacus, un marginal de 24 ans aux antécédents psychiatriques. Ils devront répondre de leurs actes présumés.

La mère de Yacine Mihoub, est également renvoyée aux assises. Elle est poursuivie pour « destruction de document ou objet concernant un crime ou un délit pour faire obstacle à la manifestation de la vérité ».

 « La justice française s'est conduite comme elle devait se conduire, de façon normale et équitable, à l'égard de tous. Nous avons toujours pensé que Mireille Knoll est morte parce qu'elle était trop vieille pour se défendre et parce qu'elle inspirait une détestation particulière.» a réagit Maître Goldnadel, l’avocat de la famille Knoll. 

Du côté de la défense, on dénonce une décision « consternante ». « Les juges n'ont pas su résister à la pression de l'opinion publique » estime Maître Consigny, qui représente Yacine Mihoub.

Pour rappel, cette femme de 85 ans atteinte de la maladie de Parkinson avait été lardée de 11 coups de couteau. Partiellement carbonisé, son corps avait été découvert dans son appartement d’une HLM de l’est parisien.  

La question de l'antisémitisme du crime avait suscité l'émoi de la communauté juive à l'époque. Plusieurs "marches blanches" s’étaient également déroulées pour lui rendre hommage.

Héloïse Versmessen

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article